Pour conclure un peu cette petite série d’articles sur les balles rapides, replaçons le débat dans le contexte de la battue française où nous disposons, grâce à l’ANCGG (Association Nationale de la Chasse au Grand Gibier), depuis des années de statistiques intéressantes.

001

 

Les forces en présence nous les connaissons tous : les gros 9,3 et 300  contre les 7-8 mm (270 W, 280 R, 7X64, 8X57) qui se tiennent un peu dans un mouchoir. Tous ces calibres que nous rencontrons fréquemment aux coins des allées forestières font bien leur boulot depuis des années, mais pas forcément de la même manière. Classés selon un indice de performance assez simple à 50 m. il ne tient bien sûr pas compte des types de balles, des animaux visés, ni des conditions de chasse et d’impact. C’est un calcul facile à faire en multipliant les Joules par la section de la balle, résultat qui, divisé par 100, donne un pourcentage cependant éclairant : un 9,3X62 par exemple est deux fois plus puissant qu’un 270 W qui est, en général, le plus petit calibre accepté en battue.

Mais depuis 1998, les données  nationales de l’ANCGG ont affiné ces statistiques à partir du pourcentage d’animaux (cerf, sanglier, chevreuil) ayant effectué une fuite de moins de dix mètres une fois avoir été touchés plein coffre. Si le 9,3 cumule tous les avantages, et de loin (entre 70 et 80 % sur les trois gibiers précités), une analyse plus fine, par animal montre autre chose. Le cerf par exemple (80%) n’apprécie pas du tout le 270 W qui va vite sur un animal plus fragile que le sanglier. Les calibres moyens (7X64, 280 R) sont très proches, seul le 8X68 avec sa plus grosse section est bien plus performant (près de 80% contre 50%) sur la bête noire.

carabine

On le voit, tout est finalement dicté par le choix de territoire où l’on chasse. Celui qui a, pour un long bail une action dans une grande forêt où les gros sangliers abondent pourra  se fier à un « gros » calibre dont l’efficacité est affirmée par les lois de la balistique, mais aussi par l’expérience de terrain. Contrairement à l’époque où nous avons commencé à chasser, il y a une quarantaine d’années, le choix par contre s’est beaucoup étoffé, et pour notre région de Bocage, l’arrivée du sanglier amener, pour le jeune permis un dilemme que nous n’avions pas à résoudre dans notre jeunesse. Il se tuait, et au fusil lisse, presque par hasard, un sanglier tous les 4-5 ans, et l’éventualité d’achat d’une carabine ne s’envisageait même pas, à part pour ceux qui, par relations et donc déjà après pas mal de permis au compteur, pouvaient aller, bien loin parfois de chez nous, en forêt.

téléchargement (3)

De nos jours, dès l’examen du permis, le jeune chasseur a des carabines en main, et tire avec. Sans aller bien loin, chez lui, se tire du sanglier, et l’offre armurière en armes rayées n’est plus celle des années 70. On trouve des « packs » fusil-lunette à 500 euros, donc au prix d’un bon superposé d’occase ! C’est donc là que se joue l’opportunité du choix de calibre notamment autour de la trilogie 222 R- 243 W et 270 W où se regroupe la majorité de l’offre venue des USA. Tout ça grâce aussi à l’ouverture récente du tir d’été du chevreuil-renard. Donc, dans tous les cas, et pour le même prix, jeunes qui lisez ces lignes, optez pour le 270 W en vertu du fameux adage « qui peut le plus peut le moins » !

 Le 270 n’est pas un perdreau de l’année : c’est la première, en 1935, cartouche rasante extrapolés du 30-06 conçue pour une balle de 130 grains (8,4 grammes), mais qui propose aussi des 140, 150, et même (chez Sologne avec une Nosler partition)  une 160 grains de 10 grammes. Si vous ne devez tirer qu’une petite boite d’une vingtaine de cartouches par an achetez une bonne vieille (elle fête ses 75 ans actuellement !) Core Lokt de 150 grains (9,7 grammes) qu’on trouve d’ailleurs partout en soldes en ce moment autour de 20 euros. Elle « marchera » à peu près pour tout, un peu forte bien sûr pour le chevreuil et le renard, mais il existe aussi pour cela des plus petites cartouches (1) pour ceux qui veulent se spécialiser sans pour autant acheter…une autre carabine ! Doux à l’épaule avec un recul sensiblement identique à un classique calibre 12, le 270W est une munition peu chère (2), qui permet de s’entraîner, mais qui demande du placement. Elle n’a donc jamais été vraiment considérée comme une vraie cartouche de débutant. Raison de plus pour s’appliquer.

ihbv

1/ Hornady fait une V-Max de 110 grains (7,1 grammes) ; Sologne une sans plomb de 114 grains (7,4 grammes) qui règle la DRO à presque 200 m et encore une belle énergie à cette distance de 2000 Joules. Le plus petit chargement est chez RWS une EVO Green sans plomb de 96 grains (6,2 grammes) qui règle à 220 m sa DRO avec encore plus de 800 m/s et 2000 Joules.

2/C’est une des cartouches les plus manufacturées dans le monde avec rien que pour notre pays plus d’une centaine de chargements disponibles. Elle eut comme « pape » le journaliste et écrivain Jack O’Connor (ci-contre à dr.) qui aida fortement à sa popularisation. Ses polémiques avec Elmer Keith apôtre lui, des gros calibres, animent depuis cinquante ans les forums U.S. Nous en parlerons un de ces jours.

Prochain envoi : pour compléter et comparer on va voir les chiffres des « gros » classiques de battue. Après on passera à des dossiers moins techniques.