Le sujet a déjà été abordé souvent ici (1), car non seulement il se précise pour des territoires comme les nôtres où la présence du sanglier va bientôt cesser d'être épisodique, mais surtout, il est évolutif avec des propositions de choix techniques nouveaux comme les balles lettones DDupleks qui sont venues compléter l’offre de balles techniques des années 90 (Fier, Sauvestre), et  bien sûr les Brenneke de toute nature.

juicer

 

En règle générale, les gros calibres lents percent pas ou peu, et on retrouve la quadrature du cercle difficile à cerner avec des plus petits projectiles, mais qui auraient plus de vitesse. Les canons lisses s’y prêtant, ce fut le succès des balles ensabotées, et surtout des balles « américaines » à tirer dans des canons vraiment rayés. Ces balles (Remington Premier Accutip Bonded Sabot, Barnes tipped Sabot, Winchester Supreme Elite) filent toutes à plus de 550 m/s.  La réflexion là-bas a été plus poussée que chez nous car une vingtaine d’états ont rapidement bannis bien plus vite que nous la chevrotine pour la chasse aux cervidés. Et l’idée que les balles pour fusils lisses n’étaient pas couvertes par les règlements fédéraux pour la perforation des blindages ou des armures, ouvrit la voie à la recherche assez bien encadrée pour les besoins des administrations (2), mais aussi selon la tradition U.S. des wildcatters, à tout « bricoleur » motivé.

oath

La technologie militaire derrière la firme Textron s’intéresse aussi pour l’arme de base à des ensabotées de calibre 6,5 ensabotées employant moins de laiton, plus légères permettant plus d’emport avec plus d’énergie notamment pour percer les gilets pare-balles. Pour la défense, des balles pour fusils lisses peuvent employer (T-Code) du cuivre massif, ou de l’acier s’ouvrant en pétales de 32 grammes (Gualbo par Ballistic products). Toujours selon le même principe en home-défense, critère qu’il est impossible légalement d’aborder chez nous, OATH pensant que les balles classiques manquaient d’expansion, propose une 602 grains (39 grammes) en laiton (ci-contre à dr.)  filant à 484m/s : elle règle à 100 m plutôt dans un semi-auto pour la balistique du mono-canon et un recul plus confortable. Destinée aussi au Saïga 12 coups (3) avec 1925 Joules, elle multiplie par 5 la puissance d’arrêt de l’emblématique Colt 45 qui n’a pourtant rien d’une mauviette…

rocket

Plus rock n’roll encore vous trouverez sur le Net (voir par exemple le site The Funny Beaver) tout un tas d’expérimentations personnelles bien plus pointues –c’est le cas de le dire- que ce que nous montrent nos adeptes français du « plinking » (tir sur cibles métalliques) dont les tutoriels nous proposent seulement de réinventer la balle Blondeau engoncée au chausse-pied dans des cartouches de trap pour réduire le prix du tir « fun » sur des boîtes de conserves. Avec des machines numériques on y tourne des « experimental slugs » bi-métal (Juicer 12 slug en haut à g.), une « Turbine » en alu, une « rocket pod » à l’allure futuriste de la fusée de Guy l’Eclair, de 18 gramme dont le noyau est en carbure de tungstène, le but des tuyères étant plus de faire siffler l’engin que d’être précises ! Ci-contre à g. 

flamethrowervisual

Interdite dans certains états il existe même une « Dragon breath » (ou souffle du dragon) pas donnée (15 dollars les trois !) mais qui lance à 30 m. des pastilles de magnésium liquide…chaud devant ! C’est de toutes ces idées parfois baroques que jaillissent des produits industriels qui ensuite, feront parfois fureur. Chez nous, le simple fait de s’intéresser aux armes ou de refaire vos cartouches vous fera regarder, au mieux comme un doux dingue, au pire comme un potentiel terroriste…

1/ Voir notre archive du 21 février 2017

2/Les balles Fier et Sauvestre furent au départ conçues pour l’arrêt des véhicules avant de trouver un débouché pour la chasse. C’est ce qui explique leur caractère de balles « techniques » bien plus pensées et poussées que la vieille Brenneke, même si cette dernière est sans cesse remise au goût du jour par le marketing.

3/Voir notre archive du 20 avril 2017.