Les lecteurs attentifs l’auront remarqué, depuis la rentrée qui, de fait pour nous comme pour les gamins, se trouve être l’ouverture, nous insistons sur l’aspect sanglier qui, depuis l’hiver dernier arrive en masse dans notre pays de Bocage et "titille" la plupart d'entre nous.

ggvh

On pourrait penser que, depuis la nouvelle législation de 2013 on commencerait à s’accoutumer au langage classique de l’arme rayée, puissance et vitesse…mais ce n’est pas forcément gagné ! Reprenons donc notre bâton de pèlerin sur le long chemin de la vulgarisation et partons du principe que le langage sur les calibres moyens, les anciens (7x64, 270 Win, 280 Rem) et les nouveaux (30-06, 8X57, 308W) est enfin compris, a minima par les plus jeunes, ceux qui ont passé le permis et ont au moins manipulé des carabines. S’ils doivent aller sur « du gros », incluant les cerfs, doivent-ils immédiatement « monter » au 9X62, 9,3X74 R, et autres 35 Whelen ? Grosso modo, tirer plus gros ou plus vite ?

Magnum

On pensait la question pour le moins résolue il y a une cinquantaine d’années (1963) avec le 300 Winchester Magnum calibre popularisé par la carabine BAR (1). C’était certes un pas en avant par rapport au 30-06 (qu’on ne tirait pas encore chez nous car « de guerre ») mais, en fait, un petit pas : la différence n’était pas énorme on ne gagnait que 50 m/s et 500 Joules ! Même avec une balle de 181 grains il n’y avait rien de notable en matière de précision de la trajectoire à 100 m. distance bien large pour le tir habituel de battue en France. On gardait à l’esprit cet image de performances au niveau de ce qui était nécessaire pour mettre par terre un gibier moyen disons jusqu’à 100 kg. Après, on regardait les nouvelles offres du marché au gré des salons en se grattant la tête sur certains noms superlatifs ou à tenter de dénouer les oxymores (genres « magnum standard » ?) vite dépassés du fait des bonds technologiques (2). Notre photo à dr. on reconnait la plupart du temps les magnum au fait que leur base est ceinturée. 

308, 30-06,300 Wt, 300 ultra

Donc repartons de la balle de 181 grains (11,17g) et cherchons qui a pu la booster ne serait-ce que de 100 m/s plus vite ? On se rend compte que deux calibres ont rehaussé d’un cran la barre établie il y a un demi-siècle par le 300 WM : en 1999 le 300 Remington Ultramag et plus récemment le 300 Wheatherby Magnum. Tous les deux tournent cette fois autour de 900 m/s et surtout 4500-5000 joules à 100 m, ce qui est imparable pour tous les gibiers lourds rencontrés en France. Pour rappel les plus forts 30-06 n’atteignent que 3500 joules et la puissance de frappe augmente d’un bon tiers sans même parler de la distance, mais ce n’est pas le sujet quand on parle de la battue. Si le premier ne bénéficie que d’une dizaine de chargements, le second en propose trois fois plus, notamment une  gamme bien fournie chez notre encartoucheur Sologne servi par une belle gamme de carabines enfin importées. Plus gros ou plus vite, il y a donc maintenant le choix…Ci-contre à g. les deux calibres dont nous parlons ici comparés aux standard que sont de g. à dr. le 308W, le 30-06, puis le 300 Wheaterby magnum et la 300 Remington Ultramag, la première à base ceinturée, mais toutes deux à fort épaulement. 

1/ Voir notre archive du 6 novembre dernier, consacrée à cette arme.

2/ Le technologie des poudres a permis d’augmenter considérablement la vitesse des non magnum, non ceinturées sans augmenter pour autant la pression, ce qui fut appliqué ensuite à ces dernières et a donc compliqué d’autant les appellations.

Prochain envoi : hyper rapide…on va passer la surmultipliée !